Textes des Premiers Prix  du Concours de Contes et Nouvelles 

Année scolaire 2014 - 2015

LE LOUP QUI AVAIT LE CHOIX….

École primaire du Centre – Baincthun – Classe des tout-petits/petits/moyens

Madame RONDEAU – LABIT Mylène

 

Il était une fois un loup qui s’ennuyait dans sa chambre…

Il part dans la forêt…

Il rencontre 3 petits cochons. Il se dit :

- Je vais me régaler !


Mais les enfants de Baincthun disent au loup :

-T’as le choix ! Plutôt que de manger les trois petits cochons, tu pourrais manger une galette des rois et tu aurais peut-être la fève et la couronne !

 

Le loup répond :

 - Oh oui ! C’est une bonne idée. Mais le problème, c’est que je ne sais pas faire la galette des rois !

 

Les enfants de Baincthun répondent :

- Ne t’inquiète pas, on va te donner la recette de "Tatie Rosette"

 

Le loup est content mais il n’a pas les ingrédients pour sa galette ! Il va voir les 7 chevreaux et se dit :

- Je vais me régaler ! Je vais tous les dévorer !

 

Mais les enfants de Baincthun lui disent:

-T’as le choix ! Plutôt que de manger les sept petits chevreaux, tu pourrais jouer avec eux au loup glacé et au loup touche-touche !

 

Le loup répond :

- Oh oui ! Bonne idée !

 

Comme les chevreaux sont très heureux, ils lui donnent une fève….

Et il repart dans la forêt….

 

Il trouve le petit chaperon rouge. Loup se dit :

- Miam, je vais me régaler !

 

Mais les enfants de Baincthun lui disent:

-T’as le choix ! Plutôt que de manger le petit chaperon rouge, tu pourrais cueillir des fleurs pour faire un magnifique bouquet !

 

Le loup offre ses fleurs au petit chaperon rouge qui, très content, lui donne un petit pot de beurre.

 

Loup repart dans la forêt…

Il aperçoit une maison de bonbons.

Il entre…. Il rencontre la sorcière qui voulait manger Hansel et Gretel.

Elle lui dit :

- Miam, miam, on va se régaler !


Mais les enfants de Baincthun disent au loup :

-T’as le choix ! Plutôt que de manger Hansel et Gretel, tu pourrais dire à la sorcière qu’elle aussi a le choix !

 

Mais la sorcière n’écoute pas le loup et dévore Hansel et Gretel !

 OH !!!

 

Alors le loup va chercher le chasseur pour tuer la sorcière et découper son ventre. Il délivre Hansel et Gretel !

Hansel et Gretel sont très contents. Ils prennent l’argent de la sorcière et achètent les ingrédients pour faire la galette.

 

Loup fait sa galette…

Tous ses amis frappent à sa porte.

Ils se disent bonjour et mangent ensemble la galette des rois !


Un des chevreaux a la fève…


Et la maîtresse dit :

- Tous ces efforts pour rien ! Pauvre Loup ! ça, c’est pas permis !

TIBOU DE JOUR

 ( d’après Tibou de nuit d’Alain Chiche)

 

École maternelle MOZART – Le Portel - Classe des Petits - Moyens

 Madame  BERBEY Laëtitia

 

C’est le jour, Tibou et Cacahuète se réveillent et la grue est déjà prête à finir la démolition du bâtiment Orange.

 Cacahuète dit à Tibou: « va chercher une autre maison plus grande pour notre famille. »

 

Tibou vole et rencontre l’escargot.

 « Bonjour petit escargot, donne-moi ta maison s’il te plaît.

 -Non je ne peux pas elle est sur mon dos. Va choisir une autre maison pour toi et ta famille »

 

Tibou vole et rencontre la petite chenille.

 

« Bonjour petite chenille, donne-moi ta maison s’il te plaît.

-Non je ne peux pas elle est enroulée autour de moi. Va choisir une autre maison pour toi et ta famille »

 

Tibou vole et rencontre le rouge gorge.

« Bonjour le rouge gorge, donne-moi ta maison s’il te plaît.

-Non je ne peux je dois couver mes œufs. Va choisir une autre maison pour toi et ta famille »

 

Tibou vole et rencontre les enfants de l’école MOZART.

« Bonjour les enfants, donnez-moi votre maison s’il vous plaît

-Non nous ne pouvons pas dans la classe il y a 19 élèves. Va choisir une autre maison pour toi et ta famille »

 

Tibou est triste. Il ne trouve pas de maison. Alors il pleure. Les enfants aussi sont tristes.

Ils lui disent:

" Ne pleure pas Tibou, Nous allons t’aider. Nous connaissons l’auteur illustrateur Alain Chiche. Il devrait pouvoir nous aider à te choisir une maison. "

Les enfants demandent alors à Alain de dessiner une belle maison pour Tibou.

 

Tibou et Cacahuète sont heureux dans leur nouvelle maison et attendent leurs petits oisillons.

ON A TOUS LE CHOIX

École primaire du Centre - Baincthun - Classe de Grande section/ CP

Madame DESNOULEZ Angélique


Dans la cour de l'école, soit on trouve

Mathieu trop peureux,

Hugo trop gros,

Aliette trop coquette,

Mathilde trop timide,

Rémi trop petit,

Nohé trop bébé,

Nathan trop lent,

Léon trop... marron,

Et alors, on n'a pas d'amis....

Ou alors, on trouve

Mathieu astucieux,

Hugo rigolo,

Aliette chouette,

Mathilde rapide,

Rémi gentil,

Nohé musclé,

Nathan souriant,

Et Léon mignon.


Alors là, on a plein de copains!

École primaire Le Vert Giniau - Hesdin-L'Abbé

Classe de CP - Madame LELIEVRE


UN PETIT LION OBÉISSANT


Depuis plusieurs jours, Maman Lion explique à ses petits lions qu'il ne faut pas s'approcher seul de la rivière.

- C'est très dangereux!

Mais Petit Lion a très soif et maman n'est pas là...

Alors, il se penche au bord de la rivière. Il glisse sur une pierre et PLOUF!

Il tombe dans l'eau.
Un crocodile s'approche de lui et...


Ouf! Maman Lion arrive juste à temps pour attraper Petit Lion par la peau du cou!

Maman Lion se fâche et lui donne un petit coup de patte pour lui apprendre à obéir...


Aujourd'hui, Petit Lion accompagne son papa à la chasse pour la première fois.
Son père lui donne des conseils:

-Ne fais pas de bruit!

- Marche tout doucement sur la pointe des pattes!

Baisse la tête qu'on ne voit pas tes oreilles!

Ils s'approchent silencieusement d'un troupeau de gazelles.

Tout à coup, un papillon vient se poser sur le museau de Petit Lion. Petit Lion saute pour essayer de l'attraper. Les gazelles le voient et s'enfuient...
Papa Lion se fâche; il est en colère:

- Mes conseils n'ont servi à rien! Tu n'as pas obéi! Je ne t’emmènerai plus à la chasse!


Alors, le lendemain, Petit Lion décide d'aller à la chasse tout seul!

Il rôde dans la savane à la recherche d'un bon repas. Il monte sur la colline pour voir plus loin...

Soudain, il aperçoit des chasseurs qui approchent du territoire des lions.
Petit Lion court prévenir sa famille:

- Vite! Vite! Voilà les chasseurs! Cachez-vous! Cachez-vous!

Les chasseurs passent sans voir les lions!

Le roi des lions appelle Petit Lion et lui dit:

- Tu as encore désobéi, mais pour une fois, tu as bien fait! Tu as réussi à nous sauver tous! Je te félicite!

Mais n'oublie pas : Tu dois quand même obéir à tes parents si tu veux être un bon lion!


LE BON CHOIX

  École élémentaire Duchenne – Boulogne-sur-mer - Classe CE2

 Monsieur BARBIER

 

Chapitre I

Des élèves dans la rue

 

Salut ! Je m’appelle Lucie j’ai 8 ans, je suis au CE2.

 Bien que de petite taille, je suis très appréciée; sûrement parce que je suis toujours gaie.

 Comme chaque mercredi, je m’entraîne aux rollers sur le trottoir devant mon appartement.

 Je veux devenir championne olympique.

 

Mais, voilà qu’arrive Sorenza, la terrible !

 Elle est dans ma classe, mais elle est bien plus grande que nous.

 Je crois qu’elle a doublé plusieurs fois.

 Tout le monde la craint à l’école et encore plus dans le quartier;

 Elle peut-être violente, très méchante. Je ne l’aime pas mais on habite la même rue.

 

Comme d’habitude, elle est accompagnée par Akim. Il est petit, pas très malin mais fort énervé …

 Il la suit comme un petit chien. Il fait toujours ce qu’elle veut.

 Je crois qu’il en a peur aussi.

 

Evidemment c’est Sorenza qui décide. Elle propose :

 

Chapitre II

 En danger dans l'appartement

 

« Ta mère est chez toi ?

J’hésite.

- Non, pourquoi ?

- On pourrait se poser un peu, regarder la télé !

- Super idée, je suis crevé ! ajoute Akim.

- Maman n’aime pas que j’invite sans la prévenir.

Sorenza insiste :

 - Allez, sois sympa. Sinon je dis à toute l’école que tu es amoureuse du gros Robin !

 - Et moi je dis que tu ne te laves pas et que tu sens mauvais ! ajoute Akim en ricanant.

 - Ouvre, j’ai soif, ordonne Sorenza en me serrant par le col de ma veste.

 

J’étouffe, j’ai peur. J’ouvre.

 Akim se jette sur la console de mon frère; ses pieds crottés sur le canapé.

 Je pense à maman.

 

Sorenza est attirée par le frigo. Elle l’ouvre. Il est presque vide.

 Sorenza en ressort une bouteille de bière à peine entamée.

 « T’as déjà goûté ? demande Sorenza.

 

- Je répète ce qu’on m’a dit :

Ce n’est pas pour les enfants.

- Moi j’en ai déjà bu à l’anniversaire de mon cousin. C’était trop la fête; vas-y, passe !

 

Sorenza boit une grande gorgée au goulot.

- T’es pas cap, me dit elle en tendant la bouteille.

Akim ajoute :

 - Essaye, tu vas adorer !

 Je ne sais plus quoi faire …

 

Chapitre III

 Je ne dois pas obéir

Je me demande ce que ferait John Monroë. C’est le champion de la Roller Cup; mon idole. Je l’adore…

 

Alors, je regarde ces 2 « piétons » dans les yeux,

 Je prends la canette et je la vide dans l’évier …

 

« T’es folle ! hurle Sorenza.

- C’est du poison; mon grand-père en est mort. »

Akim se jette sur moi pour me frapper.

Je saute sur mon skate-board qui traîne souvent dans la cuisine.

Je glisse jusque la porte d’entrée.

J’ai le temps de sortir et de tambouriner contre la porte d’en face.

Je crie : « au secours ».

 

Chapitre IV

 Vainqueur par abandon

 

Personne ne répond. Mes deux bourreaux vont me massacrer.

 Je me retourne; je suis prête à leur tenir tête.

 Ils ont disparu comme des lapins !

 Je n’en reviens pas. Je m’effondre.

 

Chapitre V

 Mon rêve se réalise

 

C’est ma mère qui me réveille devant la porte de notre appartement.

 Elle voit que je suis choquée. Je lui raconte tout.

 Elle pleure, elle me serre dans ses bras, elle murmure qu’elle est fière de moi.

 Pendant le dîner elle m’annonce qu’elle veut m’offrir le stage de roller que John Monröe organise cet été.

 C’est pendant les vacances. Je dormirai chez ma tante.

« - C’est pour te récompenser d’avoir pris la bonne décision.

 - Super Mega Cool !!

 Merci Maman, c’est trop génial, mon rêve va se réaliser, je t’aime ! »

 

ALKYILDIZ Ali - BARBIER Jeanne-  BRUNEL Timothé -  HERBERT Axel - LELEU Adriana -  LIBERT Lorenzo -  LUROT Lana -  PRAITE Clara -  ROYER Florian -  THUILLIER Sasha-  VENEL Stecy -  VILLENA Thibaut


LA MÉSAVENTURE DE CAMELIA

École élémentaire Arago - Boulogne sur-Mer

Classe de CM1 - Madame Mina MAOUCHE

 

 

Il était une fois une fillette de 12 ans, nommée Camélia. Elle avait pour habitude de promener son jeune chien sur la plage de Boulogne, en fin d'après-midi.

Elle habitait dans un immeuble donnant sur le Boulevard Sainte-Beuve, près du restaurant "la Matelote".

 

Un jour, alors qu'elle rentrait de sa promenade, son animal lui échappa en poursuivant un basset qui passait par là! Camélia, affolée, se mit à crier:

" Belle! Belle!" Mais la bête continuait à courir sans tenir compte des appels de sa jeune maîtresse. La petite courut sur la plage, mais les deux animaux avaient totalement disparu!

 

Découragée, l'enfant se mit à pleurer, pleurer…ses parents lui avaient offert ce superbe colley pour son anniversaire, quelques jours auparavant…


Par bonheur, un homme d'allure respectable, et au visage souriant, l'ayant vu pleurer, lui proposa de l'aide:

" Bonjour, comment t'appelles-tu?

-Camélia.

- Si tu veux, nous pourrons aller à la recherche de ton animal. Avec ma voiture, nous remonterons le boulevard et retrouverons plus facilement ton colley en haut de la plage. "

 

La fillette hésita car ses parents lui avaient interdit de suivre des inconnus. Mais que ne ferait-elle pas pour retrouver sa Belle?!

 

Aussi, elle accompagna le monsieur à sa voiture. L'homme démarra très vite et roula, roula, roula.

" Hé, Monsieur, s'exclama Camélia, nous nous éloignons de la plage! Où allons-nous?"

 

En guise de réponse, l'étrange personnage mit en route son autoradio et régla le volume assez fort. Camélia paniqua! Elle était tombée dans un piège! Cet homme appartenait à un réseau de pédophiles! Pourquoi a-t-elle désobéi à ses parents! Pour retrouver son animal adoré, la voilà aux griffes de cet affreux individu! Elle tenta d'ouvrir la portière, mais elle était condamnée! Le pire est qu'elle avait laissé son téléphone mobile à la maison!

 

Le ravisseur évita les grands axes et prit des routes désertes. Puis contournant la Vallée du Denacre, il roula encore durant une quinzaine de minutes.

 

La nuit tombait quand le véhicule pénétra dans une épaisse forêt. L'homme coupa le moteur. Il ouvrit la portière arrière de sa BMW et porta la fillette, qui était si terrorisée qu'elle resta pétrifiée, n'osant prononcer un mot. Il entra dans une maison haute et lugubre. Brrr!

"Je vais couper du bois. Tu as intérêt à te tenir tranquille, ma belle! Si non, tu le regretteras, menaça l' étrange monsieur! "

Avant de partir, il ajouta: " Il y a du poulet mayonnaise sur la table. Mange si tu as faim. "

 

Il sortit  et ferma la porte de la cuisine à double tour.

"Je ne dois pas m'affoler, pensa Camélia. Tout problème a une solution! "

 

Elle aperçut, sur la table, le journal local "La voix du Nord" et…stupéfaction: en première page, le portrait robot de son kidnappeur! On lui attribuait la disparition récente de six fillettes: Rose, Jasmine, Margueritte, Violette, Anémone et Pivoine, âgées de 10 ans à 12 ans.

"Bizarre, pensa l'enfant, cet homme choisit des prénoms de fleurs…j'aurais dû m'appeler Paula, Corinne ou Aline!"

 

Soudain, Camélia entendit des gémissements qui provenaient de l'étage supérieur. Elle grimpa et découvrit six fillettes bien plus jeunes qu'elle, assises sur de grandes feuilles à dessin, les poignets liés.

 

"Dieu soit loué! Enfin de l'aide s'exclamèrent les prisonnières!

-Depuis combien de temps êtes-vous ici?

 -Sept jours et sept nuits!

-Avez-vous été bien traitées?

-Oui, on n'a manqué de rien. M.Linné s'intéresse aux fleurs; il a une grande collection d'herbiers, annonça Iris.

-Nous nous demandions ce qu'il voulait faire de nous, interrogea Rose.

-Il a dit qu'il collectionnait les belles plantes, renifla Pivoine….snif…snif…

-Mais nous ne sommes pas des…oh! …ooooh! hurla Iris!

 -Peu importe! Je vais vous libérer, dit Camélia.

-Vite, vite, il ne va pas tarder à rentrer, paniqua Anémone ."

 

Camélia coupa les liens grâce au couteau qu'elle avait récupéré dans la cuisine.

 Arrivées en bas, Violette désespéra:

 " Comment allons-nous nous évader, la porte est fermée!

 -Du calme, ma belle, conseilla Camélia. Faisons fonctionner nos cerveaux."

 

Tout à coup, elle vit sur la table, près des restants de poulet froid, un gros tube de mayonnaise!

 "Nous sommes sauvées, les filles!"

 

Elles vidèrent le tube sur le sol et tapissèrent bien l'entrée. Puis, elles se cachèrent derrière la porte, munies d' une arme d'occasion: casserole, poêle, louche, balai…

 

Quelques minutes plus tard, des pas lourds s'approchèrent. Le cœur des sept fillettes battait à se rompre!

 

L'homme ouvrit la porte et posa son pied gauche dans l'entrée et hop! Il glissa en poussant un cri de douleur. Les petites l'achevèrent à coups de balai, louche et casserole! Vlan! Vlan! Puis elles quittèrent les lieux, en enfermant le voleur d'enfants.

 

Elles coururent, coururent et finirent par apercevoir des lumières qui s'approchaient. Des phares de voitures! Enfin, deux véhicules de police, une voiture de "la voix du Nord" et le 4/4 des parents de Camélia, stationnèrent.

 

" Nous avons été alertés par le patron du restaurant la Matelote , qui connait bien M.et Mme Parc ( parents de Camélia ). Il était étonné de voir la fillette partir avec un inconnu au quartier, expliqua le Commissaire Moulin aux journalistes.

Le restaurateur a de suite alerté le commissariat de Boulogne -Sur-Mer, la famille de Camélia et le journal local."

 

Pendant qu'une patrouille allait cueillir le ravisseur, les photographes firent leur travail. Quant aux autres policiers, ils emmenèrent Rose, Anémone, Marguerite, Pivoine, Iris et Violette au commissariat . De là, ils téléphonèrent aux parents des victimes.

 

Les retrouvailles furent émouvantes. Cependant, M.et Mme Parc décidèrent de punir sévèrement leur enfant:

 

" tu ne sortiras plus jamais seule, ni avec, ni sans Belle! Tu n'iras pas aux vacances de neige non plus, se fâcha le père!

-Tu as trahi notre confiance en désobéissant! Tu as eu beaucoup de chance de t'en sortir, ajouta la mère!-

-C'est grâce à la mayonnaise, maman!

 -La mayonnaise? Tu te moques de moi encore!

 -Ben oui, grâce à " Drôle de samedi soir", le roman que nous avons étudié en classe, avec notre maîtresse!"

 

Ce soir-là, Mme Parc ne regarda pas " Thalassa" , comme tous les vendredis. Elle dénicha, sur une étagère de la bibliothèque de sa fille, " Drôle de samedi soir" et le lut avec son mari.

 

Lexane BILLET et Anna COLLIER

 

LUCINA ET SON GRAND PÈRE

École élémentaire Duchenne - Boulogne-sur-Mer - Classe de CM1

Monsieur BARBIER

 

Il y a de cela bien longtemps, près d'une forêt lointaine, vivait une petite fille qui s'appelait Lucina.

Elle avait de beaux yeux marron, un visage joliment rond, des lèvres fines, des joues lisses et

colorées et un merveilleux sourire.

Elle habitait dans une vieille cabane en bois avec son grand-père et elle n'avait aucun ami.

 

Un jour, elle lui demanda :

– Permets-moi d'aller dans la forêt, s'il-te-plaît !

– Non ! répondit-il sèchement. La forêt est bien trop dangereuse.

Et il l'enferma dans sa chambre.

 

Lucina pleura beaucoup, mais soudain, elle eut une idée.

« Puisque mon grand-père ne veut pas que j'y aille, je passerai par la fenêtre ! J'irai quand même

dans la forêt. », se dit-elle.

Elle se sauva donc.

 

Mais, dans la forêt, le fantôme de la chèvre de Monsieur Seguin lui apparut :

– Tu ne dois pas aller dans la forêt ! Regarde ce qu'il m'est arrivé !

– Oui, je sais. Mais, je n'ai pas d'ami et j'aimerais bien m'en faire.

– Eh bien, lis mon livre et je viendrai te voir chez ton grand-père, répondit la chèvre.

Et elle partit.

 

La petite fille continua quand même son chemin.

Elle rencontra Hansel et Gretel. Ils lui dirent alors d'une même voix :

– Tu ne dois pas aller dans la forêt. Nous avons failli nous faire manger par la sorcière dans

cette forêt. Retourne vite chez ton grand-père !

– Oui, je sais. Mais je veux me faire des amis !

– Eh bien, lis notre livre et nous viendrons te voir chez ton grand-père, répondirent Hansel et

Gretel.

Et ils s'en allèrent.

 

Lucina s'entêta à continuer son chemin.

Mais plus elle avançait, plus elle rencontrait de gens.

Au beau milieu de la forêt, elle croisa le Petit chaperon rouge qui lui dit :

– Tu ne dois pas aller dans la forêt. Regarde ce qu'il m'est arrivé ! J'ai failli me faire manger

par le loup.

– Oui, je sais. Mais maintenant je suis perdue dans cette forêt !

– Eh bien, attends-moi là. Je vais aller chercher tous mes amis, répondit le Petit chaperon

rouge pour la rassurer.

 

Et là, tous les personnages qu'elle avait rencontré arrivèrent et la raccompagnèrent jusqu'à la cabane

de son grand-père.

 

Arrivée à bon port, elle leur promit de lire leurs livres à chaque fois qu'elle se sentirait seule.

Et c'est ce qu'elle fit. Et plus jamais elle ne désobéit à son cher grand-père...

Enzo BUTEL, Angèle HEYMAN, Romaric SPECQ

LES COULISSES DE LA GUERRE

APC section CM1-CM2 - École élémentaire Arago - Boulogne-sur-Mer

Animé par Messieurs SIX et DEBLIECQ

PRIX DE LA VILLE DE BOULOGNE

 


 

Les nuits sont froides dans les plaines des Flandres en ce mois de novembre 1918.

Depuis 4 ans, on n'entend plus le chant des hiboux mais le roulement des canons.

Depuis 4 ans, les explosions des obus et leur fumée transforment la nuit en jour et le jour en nuit.

Depuis 4 ans, de la Mer du Nord à la Suisse, c'est le même enfer dans le même décor.

On trouve face à face deux tranchées où s'abritent des soldats qui attendent l'heure de l'attaque.

 

Depuis 4 ans, Rolf le papetier de Hambourg est loin des siens.

Depuis 4 ans, Rolf a peur: des explosions, d'être blessé, des français ou des anglais.

Depuis 4 ans, Rolf a peur du lendemain.

Depuis 4 ans, Rolf a peur de ne plus revoir les siens.

Depuis 4 ans, Rolf, quand il a froid ou peur ou les deux comme cette nuit, joue de la musique pour se réchauffer les doigts et le cœur.

 

4 ans de terreur, 4 ans de malheur, 4 ans d'horreur, 4 ans de pleurs.

 

Ce soir, Rolf a particulièrement froid. Il met en route ses doigts pour se dégeler les mains. Le son de sa trompette est aigu et triste.

Mais ce soir, Rolf est épuisé et ne se souvient plus de la fin de son morceau de musique.
Il a beau le répéter plusieurs fois, sa mémoire lui joue des tours.

 

Dans la tranchée adverse, Jean, un pâtissier de Lille, est de garde.

Il entend l'air familier qui vient du camp ennemi.Il se dit :

-Tiens! cette nuit, il a du mal l'allemand!

Cet air, Jean le connaît car il le jouait souvent dans la fanfare de Lille!

Donc, il décide de désobéir en venant en aide à Rolf en jouant la suite du morceau avec son trombone à coulisse.

 

Dans les plaines des Flandres, on entend la douce musique qui couvre les bruits assourdissants des canons.
Celle-ci réveille les soldats des deux tranchées qui s'étonnent que deux soldats ennemis jouent en duo!

Des deux camps,  s'ensuit une bataille  musicale où chacun tente de couvrir le son de l'adversaire!

 

Soudain, un geste brutal, une coulisse allemande et une coulisse française s'envolent au milieu du champ de bataille...

Que faire?

Rolf et Jean sont désignés d'office pour aller chercher leur coulisse en rampant discrètement.

Dans la peur, ils attrapent de manière précipitée la première coulisse qu'ils voient!

 

Catastrophe! Ils se sont trompés de coulisse!

Après avoir discuté avec ses camarades, Rolf fait le choix dangereux d'accrocher un drapeau blanc sur la coulisse et de sortir.

De la tranchée française, Jean voit Rolf sortir. Il prend son mouchoir blanc, le noue sur la coulisse et sort à son tour...

 

Au milieu du champ de bataille, les deux soldats s'échangent leur coulisse et décident de jouer le morceau entier ensemble malgré l'interdiction de fraterniser avec l'ennemi.

Rolf et Jean invitent leurs compagnons de tranchée à venir les rejoindre pour former un orchestre...

 

Pendant le morceau, deux messagers apportent une missive...
Nous sommes le 11 NOVEMBRE 1918...

 

Andy BEN; Samuel LETENDART; Trécy DEUNETTE; Clémentine TREDEZ; Timothé DELCLUZE; Océane LERAT; Noémie SERIEYS

 

 

 

L'AVENTURE DE GUEKKO

École élémentaire Duchenne - Classe de CM2

Madame FOURNIER



Il y a bien longtemps, vivait un jeune garçon qui s'appelait Guekko.

Il rentrait chez lui après une longue journée d'école. C'était un petit garçon serviable et courageux qui habitait à Alipopobe.

Ce jour-là, une triste nouvelle arriva.

Ses parents lui annoncèrent qu'ils allaient déménager.Guekko se mit à pleurer et cria:

- Je veux rester ici!!!

Ses parents lui dirent que cela ne serait pas possible parce qu'ils avaient été mutés à Oxford et lui demandèrent d'obéir.

Ils partirent immédiatement vers leur nouvelle vie.


Après trois heures de route, ils s'arrêtèrent à une station essence car leur réservoir était vide. Sa mère dit:

- Je vais chercher des sandwiches et de l'eau.


A ce moment-là, Guekko prit la fuite.

Il s'arrêta tout essoufflé au milieu d'une grande forêt. Puis, l'enfant marcha pendant une heure et entra dans un tunnel sombre...


Tout à coup, apparut une licorne.

Elle lui proposa de répondre à une question ou de rester à jamais dans ce tunnel.

Le jeune garçon choisit de répondre à la question.

Il commençait à avoir très peur!

L'animal légendaire lui demanda:

- Pourquoi tes parents déménagent-ils?

- A cause de leur travail, ils ont été mutés tous les deux à Oxford, répondit timidement Guekko.


La licorne disparut et une porte apparut puis s'ouvrit.

Sans perdre une minute, il franchit cette porte et rencontra alors des nains qui lui proposèrent de répondre à une autre question:

- Est-ce que tes parents t'aiment?

Guekko répondit sans réfléchir:

- Oui, mes parents m'aiment!


Les nains disparurent. Une nouvelle porte apparut puis s'ouvrit.

Le diable était là.

Il lui dit d'un ton vraiment sévère:

- Si tu réponds correctement, tu pourras retrouver tes parents ; si tu te trompes, tu resteras à mes côtés jusqu'à la fin des temps.

- Doit-on toujours obéir à ses parents?

L'enfant, affolé, n'hésita pas une seconde car il avait vraiment peur de tout ce qu'il voyait dans cette forêt et hurla:

- Oui! Il faut toujours obéir à ses parents!


Une troisième porte s'ouvrit et là, il était juste à côté de la voiture de ses parents.

Ceux-ci étaient morts d'inquiétude mais à la vue de leur enfant, ils sautèrent de joie.


Désormais, Guekko n'était plus le même et décida de toujours obéir à ses parents.


Ophélie LEROY - Méline NZINZI - Laurie B'AHEU - Chloé RUET