Abd El - Kader: « Non à la colonisation »

un texte remarquable!

Documentaire - Dès 10 ans

de Kebir Mustapha Ammi

Actes Sud Junior (7,80 euros)

 


Ce remarquable ouvrage est d’abord le récit à la première personne de la destinée tragique et pleine de grandeur d’ABD EL - KADER, érudit, poète et philosophe qui dut, les armes à la main, dire non à la colonisation de son pays par la France.

 

Aucune grandiloquence dans ce récit intimiste qui nous conte le choc d’une résistance fondée sur un islam où tous les hommes sont égaux et où aucune vérité n’est supérieure à une autre avec la puissante armée d’une grande nation sans doute née de la révolution mais qui met à un point d’honneur à ne jamais poser les armes ni à engager le dialogue avec des « Sauvages ! ».

 

Avec Abd El-Kader, nous assistons au triste spectacle des guerres coloniales de conquête dont les «enfumades » de Cavaignac sont la sinistre illustration puis celui d’une France victorieuse mais incapable de respecter la parole donnée, qui va traîner notre héros de prison en prison, réduire les algériens à des citoyens de seconde zone pendant que ses colons vont s’accaparer les terres pour leur plus grand profit.

 

Dans les prisons françaises, Abd El - Kader finira par nouer le dialogue avec les humanistes de cette fin de siècle.

 

Enfin libre et exilé à Damas, il prendra la défense des chrétiens persécutés et sauvera la vie de l’ambassadeur du pays qui l’avait si mal traité !

 

Au roman succède ensuite la chronique de ceux qui vont s’opposer à la colonisation en Algérie (Tocqueville, Yveton qui sera guillotiné, Audin que l’armée torturera avant de le faire disparaître, Germaine Tillon, Vidal-Naquet ou Alleg…) ou dans le monde (Gandhi, Ho Chi Minh ou Tjibaou…)

 

L’ouvrage conclut en évoquant le discours de Dakar dont les ambiguïtés montrent que le combat des peuples pour le droit à disposer d’eux-mêmes n’est pas achevé comme n’est pas morte l’idée de la prétendue supériorité d’un peuple sur les autres.

 

L’ouvrage est complété par une chronologie d’Abd El Kader, des références de livres et de films pour ceux qui veulent approfondir et un choix de photos particulièrement percutantes dont la plus émouvante est à cours sûr celle du retour du cercueil de ce héros en Algérie en 1965.

 

Ce livre pour la jeunesse, écrit par un auteur du Maghreb, étonne par la sobriété de l’écriture, sa richesse documentaire et la rigueur de sa construction. Il s’avère une excellente contribution au débat sur la colonisation.


Il trouvera son public dès le cours moyen et au collège.

 

 

Rappel du titre:

ABD EL-KADER : « Non à la colonisation »

de Kebir Mustapha Ammi

Editions: Actes Sud Junior (7,80 euros)

 

 

ARCHIVES

Archives