Et mes yeux se sont fermés

ROMAN - Dès 15 ans

De Patrick BARD

Éditions Syros - 14.95 euros

 

Eprise de justice, idéaliste et déterminée, bonne élève, issue d’une famille plutôt éduquée et athée, Maëlle seize ans change brusquement du tout au tout.

Elle abandonne le handball où elle excelle, modifie sa façon de s’habiller, son alimentation, quitte son petit copain, sèche les cours, agresse verbalement sa mère ses professeurs.

 

Fanatisée via les réseaux sociaux, Maëlle en trois mois, devient Ayat, croit dur comme fer à la théorie du complot, perd tout libre arbitre pour devenir l’un des petits soldats disciplinés de l’organisation islamique radicale.

 

Ayat rêve de partir en Syrie. Elle veut s’engager à fond, faire le Jihad.

 

Elle saute bientôt le pas à l’insu de son entourage.

 

C’est à son retour de Syrie que commence le roman. Maëlle enceinte a fui le cauchemar des bombardements avec Redouane, celui qu’on lui a donné comme mari, le père de son futur enfant. Poursuivis par des membres de l’organisation qu’ils ont choisi de quitter, il a été blessé, elle a pu leur échapper mais n’est pas dupe de ce qu’il est devenu.

 

Maëlle a eu beaucoup de chance. Elle a pu rentrer chez elle en France ou Céline sa mère essaye, avec l’aide de la cellule de désembrigadement de lui réapprendre à vivre.

 

La vie de l’adolescente n’est pas facile. Elle doit pointer trois fois par jour à la gendarmerie de son village, n’a plus le droit de consulter un ordinateur.

Pourtant elle persiste à se faire appeler Ayat, continue à faire sa prière et choisit un prénom musulman pour sa fille.

 

Ce roman est écrit par de multiples intervenants de l’histoire. Chacun apporte son éclairage, sa connaissance de cet épisode de la vie de Maëlle.

On entend tour à tour les témoignages de l’adolescente, de sa soeur, de sa mère, de ses anciens professeurs ou de son ex-petit copain mais aussi ceux de Redouane ou Amina qui ont participé à sa vie en Syrie, et enfin celui d’Aïcha de la cellule de désembrigadement.

 

Un roman bouleversant, très bien écrit et qui se lit d’une traite. Sous les feux de l’actualité, il explique le fonctionnement d’embrigadement de certains jeunes français par l’organisation Daech, comment les rabatteurs sélectionnent leurs cibles fragilisées et les valorisent en leur donnant l’illusion d’avoir été choisies.

 

Son auteur à la fois romancier (souvent primé), grand reporter, photojournaliste, s’est particulièrement documenté pour écrire ce roman qui nous rend très proche sa jeune héroïne, Maëlle. A lire pour être attentif.

 

A recommander à partir de 15 ans

 

Rappel du titre:

Et mes yeux se sont fermés

De Patrick BARD

Éditions Syros - 14.950 euros