Lucky Losers

 

 

ROMAN – Dès 14 ans

 De Laurent MALOT

 Éditions Albin Michel – Collection (Litt’) – 13,50€

 

 

 

Sean, 17 ans, le narrateur, moitié anglais par son père avec du sang écossais (ceci explique cela), moitié breton par sa mère.

Sa mère, qui en rentrant plus tôt que prévu à son domicile londonien, trouve son mari dans les bras d’un homme…

 

Elle fait aussitôt ses bagages et rentre chez elle en Bretagne avec sa fille qui partage son dégoût pour les homosexuels.

 

 

Sean et son père, peintre, pianiste, artiste renommé à Londres quittent l’Angleterre à leur tour et se retrouvent dans un appartement minable d’un quartier ouvrier de Douarnenez…

Nouvelle vie pour Sean qui s’y ferait très bien si son père ne s’était pas mis à boire…

 

Nouvelle vie, nouveau lycée, nouveaux copains, nouvelles habitudes…

Sean a du mal à supporter la résignation des uns et des autres, les couples d’ouvriers qui vivent chichement, et leurs enfants qui cherchent très vite un travail au détriment de leurs études.

Les clivages entre les nantis (par exemple le patron de l’usine qui emploie la plupart des habitants du quartier) et les travailleurs pauvres lui deviennent très vite insupportables…

 

Son lycée public « Saint Hilaire » accueille sans problèmes graves cette population jusqu’au jour où un incendie se déclare dans le lycée privé Balzac et que les « gosses de riches » débarquent dans leur classe...

 

Sean tombe amoureux fou au premier regard de la belle Camille, Camille d’Arincourt, la fille du grand patron de l’usine d’Arincourt …

 

Dès lors, il devient la cible de trois bobos snobs et pleins d’arrogance qui hurlent à la mésalliance et le harcèlent de quolibets humiliants.

 

Dans le même temps, des rumeurs de licenciements au sein de l’usine d’Arincourt se propagent, bientôt confirmées au grand dam des ouvriers bretons.

 

Dans ce contexte bouillant, Sean défie les trois fils à papa dans une compétition sportive.

 

Toute la ville se passionne pour ce tournoi et ce qui n’était qu’un affrontement personnel devient le symbole de la lutte des classes…

 

Une comédie sociale pleine de vie, d’humour et de moments d’émotion à l’instar des films anglais "The Full Monty", "Billie Elliot " ou "Les virtuoses" qui aborde des sujets graves comme le chômage, l’exploitation des plus démunis par les plus riches, le divorce et l’éclatement de la famille, l’homosexualité, l’alcoolisme et la précarité…

 

Mais c’est écrit dans un style plein d’allant, plein d’optimisme comme le laisse deviner l'oxymore du titre, plein de fous rires, de moments graves, de désillusions et de bagarres qui traduit bien toute la fougue et l’impétuosité de l’adolescence, période où les paris les plus fous, les rêves les plus inaccessibles semblent pouvoir devenir réalité …

 

 Un excellent roman à mettre entre toutes les mains à partir de 14 ans !

 

Rappel du titre :

Lucky Losers

 De Laurent MALOT

 Éditions Albin Michel – Collection (Litt’) – 13,50€

 

 

ARCHIVES

Archives